Le long des lacs d’Arc 2000

La balade est facile, accessible à tous, et permet d’atteindre les principaux lacs de la station, dans un paysage allant des lunaires aménagements des pistes de ski aux portes du parc national de la Vanoise.

Arc 2000, station olympique. L’icône du ski de vitesse trône encore fièrement au-dessus du logo d’Albertville 92 au pied des pistes, face à la torche olympique. En 1992, l’épreuve était en démonstration aux JO d’hiver, et la piste des Arcs enregistre un record du monde à 229,299 km/h, une folie (il y aura un mort). Le sport ne deviendra jamais olympique, mais des records continuent d’être battus.

C’est par là que débute la balade jusqu’au lac des Moutons, en passant sous les télésièges à l’arrêt. Une station de ski l’été n’a rien à voir avec le paradis blanc de l’hiver, a fortiori sous le brouillard. La tendance change depuis une dizaine d’années, avec un effort pour enherber les pistes, concevoir des remontées avec moins de pylônes, ne pas trop dénaturer la montagne. Les Arcs ont d’ailleurs été précurseurs, en créant dès 1977 une zone de “ski total” sur deux mille hectares sécurisés, mais non équipés. Reste que généralement, le ski, c’est avant tout une histoire de travaux publics.

On arrive rapidement au lac Saint-Jacques, alors que le Mont-Blanc tente d’émerger de la brume. En contrebas, dans la vallée de l’Arc, les vététistes s’en donnent à cœur joie.

Le sentier devient plus montagnard encore jusqu’au plan de l’Homme, puis débouche au lac Marlou.

Enfin, après 1h30 d’ascension, se découvre le lac des Moutons, aux portes du parc de la Vanoise. Il est un peu plus de midi, et comme un ballet bien rodé, les fameux moutons débouchent sous l’Aiguille Rouge, guidés par un patou, pour la plus grande joie des randonneurs. Personne ne semble remarquer le berger, installé avec ses chiens sur le versant opposé, face au Mont-Blanc.

Après un casse-croûte avalé sous le vent, la descente emprunte un paysage plus travaillé, en direction du col de la Chal, et de l’arrivée des remontées mécaniques sous l’Aiguille Grive. Au sud, le Mont Pourri ne quittera pas son chapeau de brume.

Il ne reste alors plus qu’à redescendre en direction du grand lac artificiel de la vallée de l’Arc, et du point de départ.

En plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *