La Dent de Crolles, sortie 24a

La Dent de Crolles est de ces sommets que l’on découvre à moitié endormi sur la banquette arrière de la voiture, coincé dans les bouchons de Grenoble en direction des stations de ski. En été, c’est un sommet familial à 2000 mètres d’altitude, dont l’itinéraire et le panorama méritent la balade.

L’arrivée au pied de la Dent de Crolles est des plus simples, par la sortie d’autoroute qui porte son nom au nord de Grenoble, en direction de Chambéry. La route monte ensuite tranquillement jusqu’au col du Coq, où plusieurs parkings sont blindés en période estivale.

Les départs de randonnée sont très nombreux, et les randonneurs tout autant ! On suit le GR9 plein nord, jusqu’au col des Ayres, puis sur un bel alpage qui monte rapidement. Le GR passe alors dernière la Dent de Crolles et offre de superbes points de vue sur le massif de la Chartreuse, dont le fameux Grand Som, en accent circonflexe.

A l’ombre de la montagne, le chemin atteint l’entrée du Trou du Glaz (qui donne accès à un vaste réseau spéléologique traversant le massif de part en part), puis à un petit passage escarpé. Rien de difficile toutefois, le sentier est bien équipé, et le rocher “en équilibre” n’est pas prêt de tomber !

Le sentier quitte alors le GR et monte plein sud vers le sommet, à travers une belle et interminable prairie semée de lapiaz.

Dans un vent à décorner les bœufs (nous sommes quand même à 2062 m d’altitude !), le paysage s’ouvre à 360 degrés : sur le massif de Belledonne juste en face ou sur celui de la Chartreuse au nord. La falaise de Chamechaude semble si proche qu’on pourrait la toucher du doigt !

En contrebas, la vallée de l’Isère déploie son urbanisation jusqu’aux limites des pentes. Et juste sous nos pieds, accrochés à flanc de falaise, les anciens sanatoriums de Saint-Hilaire-du-Touvet n’en finissent pas de mourir, cent fois dégradés, abimés, pillés jusqu’aux tuiles (!), et dont la démolition programmée se fait attendre.

Le retour se fait très rapidement par le Pas de l’Oeille, un sentier très raide et un peu impressionnant à la descente, bien que les passages délicats soient câblés.

On rejoint ensuite le GR et le début de l’itinéraire pour retourner au parking.

En plus
  • Le topo-guide de la randonnée : www.visorando.com
  • Une exploration photographique (respectueuse !) du sanatorium des étudiants de Saint-Hilaire-du-Touvet, à l’époque de sa splendeur : www.urbex.me (et de ces deux voisins, après leur pillage par des casseurs : ici et ici)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *