[Milano Lomo] Jour 3 – en vadrouille

Au troisième et dernier jour, on prend le large.

760degres-milan-stresa-40

Stresa, sa longue promenade le long du lac Majeur, bordée de palmiers, de pelouses fraiches et bien tondues, ses massifs de fleurs bien entretenus entre les bancs, ses petites plages de galets où vient mourir le ressac incessant du lac, ses grands hôtels le long de la rive, sa vieille ville pavée aux rues étroites bardées de marchants de souvenirs et de brasseries, son marché qui s’installe sur les rives dès la chaleur de la journée tombée, et ses cars de retraités à la pelle qui viennent chercher la quiétude et fuir la moiteur des grandes villes. Voilà pour le cliché.

A une très courte distance du rivage, Isola Bella, Isola Madre et Isola Perscadera semblent si proches qu’on pourrait y aller à la nage. La ville semble être une étape privilégiée pour passer une journée reposante en famille avec des enfants en bas âge, ou avec un groupe de seniors actifs mais pas trop.

760degres-milan-stresa-42

760degres-milan-stresa-43

760degres-milan-stresa-41

Tout en haut de la ville se trouve le téléphérique qui monte à Mottarone, fier point culminant de la région avec ses 1491 m d’altitude au-dessus de la mer (300 m de moins au-dessus de Stresa). L’idée est de faire la montée en 20 mn pour mieux profiter de la descente dans les bois avec vue sur le lac, par les chemins de randonnée. On peut aussi le faire en VTT, c’est tout prévu pour.

760degres-milan-stresa-44

760degres-milan-stresa-45

760degres-milan-stresa-46

D’en haut, le panorama est superbe, embrassant pas moins de quatre lacs et les montagnes des Alpes suisses qui se détachent au loin. A défaut de table d’orientation, on trouve au sommet un mini-parc d’attraction et la traditionnelle multitude de poteaux métalliques bardés d’antennes inhérent à tout point culminant.

760degres-milan-stresa-47

760degres-milan-stresa-48

760degres-milan-stresa-49

760degres-milan-stresa-50

La randonnée vers Stresa dure 3h d’un pas tranquille sur un chemin bien balisé mais pas exempt de surprises. Le début est un peu aride à travers un pierrier qui dévale en ligne droite sur plusieurs centaines de mètres, faisant rouler les cailloux sur les chevilles. Un peu plus bas, dans un dénivelé moins prononcé, on se balade dans d’agréables chemins forestiers croisant des petits torrents bienvenus sous l’écrasante chaleur estivale.

760degres-milan-stresa-51

760degres-milan-stresa-52

A quelques kilomètres de l’arrivée, on traverse le chouette village de Levo, avec ses petites rues pavées de galets et ses façades colorées, le tout avec vue sur le lac Majeur. La fin de la balade rejoint une petite route qui serpente entre les maisons accrochées à flanc de colline en redescendant vers la plage.

760degres-milan-stresa-53

760degres-milan-stresa-54

760degres-milan-stresa-55

760degres-milan-stresa-56

Il est 19h, après une dernière glace sur un banc, il est temps de rentrer.

760degres-milan-stresa-57

En plus
  • Le site de l’office de tourisme de Stresa sur le lac Majeur, et les horaires du téléphérique : www.stresaturismo.it
  • À lire : “Voyage en Italie” de Jean Giono, le récit d’un voyage bien réel de l’auteur effectué en 1951, passant notamment par Milan (Folio, 212 pages, 6,50 €)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *