Boire de l’Evian à la source

Une fois n’est pas coutume, la randonnée du jour n’a que le panorama pour objectif. Mais quel panorama : une vue sur tout le lac Léman depuis un de ses sommets mythiques, la Dent d’Oche.

L’été 2018 touche presque à sa fin. Au programme du jour, 940 mètres de dénivelé positif, et un sommet à 2 155 mètres d’altitude, en balcon sur le Léman.
Depuis le parking de la Fétiuère, le chemin monte raide dans la forêt jusqu’aux chalets d’Oche, en suivant la rivière de l’Ugine. Au loin, on distingue la petite station du mont Baron.

Cette première ascension est courte mais raide ! La source est la bienvenue pour recharger la gourde en eau presque d’Evian. Au fond de la vallée, le col de Planchan fait une brèche (une encoche ou “oche”… hé oui !) dans la montagne, entre la Dent d’Oche à gauche (dont on ne voit pas le sommet), et le château d’Oche à droite.

La montée vers le sommet se fait sur la gauche de la rivière, par un sentier qui grimpe dans l’alpage en grands lacets jusqu’au col de Rebollion.

On quitte alors le GR et la prairie pour une partie du sentier beaucoup plus minérale et un peu technique, dans une grande faille qui grimpe jusqu’au refuge d’Oche.

Le panorama tant attendu sur le Léman se dévoile enfin, des sommets à l’ouest, vers le lac au nord. A 2 000 mètres d’altitude, le vent est déjà fort et frais.

Il reste 200 mètres de dénivelé à gravir au-dessus du refuge. Les derniers mètres ne sont techniquement pas très compliqués, mais soignent quiconque aurait le vertige, avec 500 mètres de vide de chaque côté de l’arête !

Le sommet, marqué d’une croix, est atteint en deux bonnes heures. L’histoire raconte qu’une Vierge aurait été atteinte par la foudre, avant d’être remplacée par un première croix, elle aussi foudroyée.

Le retour peut se faire par le même chemin, ou plus facilement (et avec moins de monde) en suivant la crête jusqu’au col de Planchamp. Quelques passages techniques, équipés de chaînes comme l’aller, permettent de ne pas (trop) glisser sur les dalles calcaires.

Une dernière vue sur le lac s’offre depuis le col, sous l’imposant Château d’Oche. On descend alors tranquillement dans les alpages jusqu’aux chalets, en passant entre les troupeaux. Signe que l’été est très avancé, le lac de la Case est presque à sec.

Au-dessus de nous, les Aiguilles du Darbon dominent le col du même nom, au sud du Château d’Oche, qui trône majestueusement au-dessus de la vallée de l’Ugine. Nul doute qu’on reviendra explorer ce pays de Gavot.

En plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *